LE MOT DU PRÉSIDENT

Depuis plus de 15 ans, le Mouvement Chicoutimi s’investit dans des actions pour la conservation et la réhabilitation du nom « Chicoutimi ». En 2002, nous avons été témoins d’un processus de consultation que plusieurs ont jugé inapproprié en raison du contexte décisionnel contraignant. Le conseil municipal de l’époque n’a jamais mis en place un processus de consultation qui aurait permis aux citoyens de mieux connaître la valeur toponymique, c’est-à-dire géographique, archéologique, historique et socioéconomique de chacun des noms des municipalités qui ont été fusionnées. Tenir une consultation populaire sans organiser préalablement une séance d’information non partisane n’a ni valeur ni mérite.

Mouvement Chicoutimi demande au conseil de ville de revenir à la case départ et de tenir des consultations afin que tous les intervenants puissent être entendus par les membres d’une commission indépendante, laquelle procédera à une analyse objective et non partisane des interventions avant de faire rapport au conseil.

Le contexte politique s’y prête bien. L’ensemble des conseillers élus en 2002 a quitté la scène municipale. La plupart, sinon la totalité des membres du conseil actuel démontrent un désir de traiter les demandes ou les besoins de la population selon un mécanisme consultatif, dans le cadre duquel les citoyens peuvent donner leur opinion et recevoir une information éclairée provenant de personnes ou d’organismes compétents en la matière.

Nous nous engageons à vous tenir constamment informés de nos actions. Par ailleurs, nous avons besoin de votre soutien pour convaincre la population que le nom « Saguenay » doit demeurer le nom d’une région et de la rivière qui la traverse, mais que celui pour la désignation de cette ville née de la fusion de sept municipalités doit découler d’un processus de consultation juste. Naturellement, Mouvement Chicoutimi défendra la cause du nom « Chicoutimi » tout en s’engageant à respecter les conclusions de ladite commission.

 

Jacques Pelletier, président

 

 

Date : 14 novembre 2018

Souper spaghetti

Mot du président

Mesdames, messieurs bonsoir

Merci, merci, merci,

C’est grâce à votre assiduité, à vos supports financier et moral que le Mouvement Chicoutimi , ce mouvement citoyen pour la sauvegarde des lettres de noblesse du nom Chicoutimi, a su survivre pendant 16 ans malgré l’indifférence totale d’une administration municipale opaque, dictatoriale tout au cours des quinze premières années. Deux mémoires, diverses interventions auprès des élus et du gouvernement du Québec n’ont donné aucun résultat. Merci aux fondateurs de ce mouvement et nous en profitons pour  vous les rappeler: André R. Gauthier, Gaston Jalbert, Jean-Jacques Hudon, René Girard, le regretté Paul Tremblay, prêtre à La Baie ainsi les requérants Michel Potvin et Gérard Dallaire.

Je réalise que le Mouvement Chicoutimi qui est nécessairement partisan du nom Chicoutimi ne peut pas être juge et partie dans ce dossier. Il lui faut une tribune indépendante pour faire valoir ses arguments. La solution que nous proposons est que le conseil municipal forme une commission qui organisera des audiences publiques afin, dans un premier temps, de recevoir tous les témoignages qui lui permettront de préciser la valeur toponymique des noms des 14 secteurs qui sont autant de municipalités qui ont été fusionnées depuis 1974. Naturellement, puisque le nom Saguenay est celui employé actuellement, même s’il n’est rattaché à aucun des secteurs, la commission devra l’ajouter à sa liste. Cette première tâche de la commission permettra à la ville, par la suite, de connaître et de reconnaître leur valeur patrimoniale et de les valoriser dans la vie quotidienne.  Dans un deuxième temps la commission devra proposer le nom qui devrait être reconnu pour cette ville, un nom qui nous situe précisément géographiquement et qui est au cœur de notre mémoire collective.

Cette commission devra être composée de gens compétents, objectifs et non partisans et indépendants du pouvoir politique. La commission devra être transparente. Elle devra s’assurer de définir dès le départ ses critères d’évaluation et elle devra, tout au cours du processus, mettre à la disposition des citoyens les rapports et témoignages reçus de façon à informer la population pour qu’elle soit, par la suite, plus en mesure de comprendre et d’accepter les recommandations de la commission.

Nous avons de bonnes chances de convaincre une commission. Nous n’avons aucune chance de convaincre directement la population sans passer par celle-ci. Le sujet est émotif, c’est le moins qu’on puisse dire, et ceux qui n’approuvent pas notre choix qualifient notre discours de partisan et nous accusent de donner trop d’importance à l’histoire au détriment de je ne sais quoi.

Nous affirmons que les leaders de la consultation de 2002 ont divisé la population en jouant sur leur sentiment identitaire au détriment de leur fournir une information pertinente sur la valeur toponymique des noms pouvant être retenus. Le sondage présentement en ligne le confirmera ou l’infirmera.

Nous sommes désolés que le sondage ne soit pas disponible à ceux qui n’ont pas Internet. Vous avez probablement des parents ou amis qui ont un ordi, une tablette ou un téléphone et qui n’y participeront pas mais qui vous laisseraient volontiers y participer. Un sondage n’est pas une consultation publique. Ce n’est pas non plus une pétition. Ce que nous nous attendons d’un tel sondage c’est d’évaluer la tendance à propos de notre suggestion de commission et d’analyser les corrélations détectables entre les réponses aux diverses questions. Soyez les propagateurs du lien de ce sondage. Plus il y aura des gens qui y répondront plus le message sera porteur. Oui nous prenons le risque que les réponses confirment le choix de 2002. Si c’est le cas, nous saurons pourquoi. Et le pourquoi sera, en lui-même une raison de continuer à demander réparation aux élus municipaux. N’en doutez pas le débat sera féroce; c’est d’ailleurs commencé.

Il est évident que les résultats de ce sondage influeront sur nos actions futures. Nous prendrons donc le temps de bien l’analyser avant de le dévoiler, comme il est d’usage pour les commanditaires de tout sondage. Nous vous en tiendrons informés.

D’autre part, notre site Web a été épuré. Vous pourrez constater la qualité des images représentant tous les secteurs de la ville, de la Baie des Ha! Ha! à Shipshaw. Ces photos nous été transmises gracieusement par M. Gratien Tremblay, photographe, qui est désolé de ne pouvoir être présent ce soir. Le site lui-même a été conçu par Madame Josée Bouchard, conceptrice de site Web, propriétaire de Destination Web. Les pages Sondage, incluant son contenu, et Financement ont été montées par M. Sylvain Perron. Ces personnes ont été plus que raisonnables lorsqu’il s’est agi de facturation. Je voudrais aussi souligner l’excellent travail de Pierre-Marc Tousignant qui a participé à la préparation et à l’identification des photos et à Madame Pauline Brassard qui devait fournir  les renseignements corporatifs et qui avec les autres administrateurs ont participé à l’élaboration du questionnaire du sondage.

En plus du sondage, nous avons publié cette année  2 numéros de notre bulletin pour les membres. Ces bulletins, l’Écho de notre histoire,  ont été réalisés sous la direction de Guy Laberge en ce qui concerne le contenu, assisté de Pierre-Marc Tousignant pour la mise en page et enfin avec la participation Pauline Brassard assisté de bénévoles dont Lucien Frenette pour la préparation pour l’envoi postal.

Nous avons des réunions régulières du conseil d’administration. Madame Hélène Savard fait un travail fantastique, à titre de secrétaire du CA et s’assure de la bonne tenue de notre livre des minutes.

Étant donné que je ne reprendrai pas le micro à la fin de la soirée je tiens à souligner le travail remarquable une fois de plus d’André Gauthier et de tous les autres administrateurs pour la vente des billets ainsi qu’aux membres qui recrutent des amis pour compléter leur table. À cause d’obligations personnelles ou professionnelles plusieurs personnes qui ont acheté des billets ne peuvent être présentes. Nous tenons tout de même à les saluer. Un gros merci à nos valeureux bénévoles que vous reconnaissez sans doute et qui vous reçoivent depuis plusieurs années : Mesdames Henriette Fortin et Ghislaine Bissonnette et Monsieur Jacques Boudreault.  Merci à Jean-Eudes Simard et aux Chevaliers de Colomb de nous accueillir en leur mur et de mettre cette salle à notre disposition.

Merci de votre attention

Je redonne le micro à André pour le déroulement du souper.

Jacques Pelletier

Depuis plus de 15 ans, le Mouvement Chicoutimi s’investit dans des actions pour la conservation et la réhabilitation du nom « Chicoutimi ». En 2002, nous avons été témoins d’un processus de consultation que plusieurs ont jugé inapproprié en raison du contexte décisionnel contraignant. Le conseil municipal de l’époque n’a jamais mis en place un processus de consultation qui aurait permis aux citoyens de mieux connaître la valeur toponymique, c’est-à-dire géographique, archéologique, historique et socioéconomique de chacun des noms des municipalités qui ont été fusionnées. Tenir une consultation populaire sans organiser préalablement une séance d’information non partisane n’a ni valeur ni mérite.

Mouvement Chicoutimi demande au conseil de ville de revenir à la case départ et de tenir des consultations afin que tous les intervenants puissent être entendus par les membres d’une commission indépendante, laquelle procédera à une analyse objective et non partisane des interventions avant de faire rapport au conseil.

Le contexte politique s’y prête bien. L’ensemble des conseillers élus en 2002 a quitté la scène municipale. La plupart, sinon la totalité des membres du conseil actuel démontrent un désir de traiter les demandes ou les besoins de la population selon un mécanisme consultatif, dans le cadre duquel les citoyens peuvent donner leur opinion et recevoir une information éclairée provenant de personnes ou d’organismes compétents en la matière.

Nous nous engageons à vous tenir constamment informés de nos actions. Par ailleurs, nous avons besoin de votre soutien pour convaincre la population que le nom « Saguenay » doit demeurer le nom d’une région et de la rivière qui la traverse, mais que celui pour la désignation de cette ville née de la fusion de sept municipalités doit découler d’un processus de consultation juste. Naturellement, Mouvement Chicoutimi défendra la cause du nom « Chicoutimi » tout en s’engageant à respecter les conclusions de ladite commission.

Jacques Pelletier, président

 

Date : 14 novembre 2018

Souper spaghetti

Mot du président

Mesdames, messieurs bonsoir

Merci, merci, merci,

C’est grâce à votre assiduité, à vos supports financier et moral que le Mouvement Chicoutimi , ce mouvement citoyen pour la sauvegarde des lettres de noblesse du nom Chicoutimi, a su survivre pendant 16 ans malgré l’indifférence totale d’une administration municipale opaque, dictatoriale tout au cours des quinze premières années. Deux mémoires, diverses interventions auprès des élus et du gouvernement du Québec n’ont donné aucun résultat. Merci aux fondateurs de ce mouvement et nous en profitons pour  vous les rappeler: André R. Gauthier, Gaston Jalbert, Jean-Jacques Hudon, René Girard, le regretté Paul Tremblay, prêtre à La Baie ainsi les requérants Michel Potvin et Gérard Dallaire.

Je réalise que le Mouvement Chicoutimi qui est nécessairement partisan du nom Chicoutimi ne peut pas être juge et partie dans ce dossier. Il lui faut une tribune indépendante pour faire valoir ses arguments. La solution que nous proposons est que le conseil municipal forme une commission qui organisera des audiences publiques afin, dans un premier temps, de recevoir tous les témoignages qui lui permettront de préciser la valeur toponymique des noms des 14 secteurs qui sont autant de municipalités qui ont été fusionnées depuis 1974. Naturellement, puisque le nom Saguenay est celui employé actuellement, même s’il n’est rattaché à aucun des secteurs, la commission devra l’ajouter à sa liste. Cette première tâche de la commission permettra à la ville, par la suite, de connaître et de reconnaître leur valeur patrimoniale et de les valoriser dans la vie quotidienne.  Dans un deuxième temps la commission devra proposer le nom qui devrait être reconnu pour cette ville, un nom qui nous situe précisément géographiquement et qui est au cœur de notre mémoire collective.

Cette commission devra être composée de gens compétents, objectifs et non partisans et indépendants du pouvoir politique. La commission devra être transparente. Elle devra s’assurer de définir dès le départ ses critères d’évaluation et elle devra, tout au cours du processus, mettre à la disposition des citoyens les rapports et témoignages reçus de façon à informer la population pour qu’elle soit, par la suite, plus en mesure de comprendre et d’accepter les recommandations de la commission.

Nous avons de bonnes chances de convaincre une commission. Nous n’avons aucune chance de convaincre directement la population sans passer par celle-ci. Le sujet est émotif, c’est le moins qu’on puisse dire, et ceux qui n’approuvent pas notre choix qualifient notre discours de partisan et nous accusent de donner trop d’importance à l’histoire au détriment de je ne sais quoi.

Nous affirmons que les leaders de la consultation de 2002 ont divisé la population en jouant sur leur sentiment identitaire au détriment de leur fournir une information pertinente sur la valeur toponymique des noms pouvant être retenus. Le sondage présentement en ligne le confirmera ou l’infirmera.

Nous sommes désolés que le sondage ne soit pas disponible à ceux qui n’ont pas Internet. Vous avez probablement des parents ou amis qui ont un ordi, une tablette ou un téléphone et qui n’y participeront pas mais qui vous laisseraient volontiers y participer. Un sondage n’est pas une consultation publique. Ce n’est pas non plus une pétition. Ce que nous nous attendons d’un tel sondage c’est d’évaluer la tendance à propos de notre suggestion de commission et d’analyser les corrélations détectables entre les réponses aux diverses questions. Soyez les propagateurs du lien de ce sondage. Plus il y aura des gens qui y répondront plus le message sera porteur. Oui nous prenons le risque que les réponses confirment le choix de 2002. Si c’est le cas, nous saurons pourquoi. Et le pourquoi sera, en lui-même une raison de continuer à demander réparation aux élus municipaux. N’en doutez pas le débat sera féroce; c’est d’ailleurs commencé.

Il est évident que les résultats de ce sondage influeront sur nos actions futures. Nous prendrons donc le temps de bien l’analyser avant de le dévoiler, comme il est d’usage pour les commanditaires de tout sondage. Nous vous en tiendrons informés.

D’autre part, notre site Web a été épuré. Vous pourrez constater la qualité des images représentant tous les secteurs de la ville, de la Baie des Ha! Ha! à Shipshaw. Ces photos nous été transmises gracieusement par M. Gratien Tremblay, photographe, qui est désolé de ne pouvoir être présent ce soir. Le site lui-même a été conçu par Madame Josée Bouchard, conceptrice de site Web, propriétaire de Destination Web. Les pages Sondage, incluant son contenu, et Financement ont été montées par M. Sylvain Perron. Ces personnes ont été plus que raisonnables lorsqu’il s’est agi de facturation. Je voudrais aussi souligner l’excellent travail de Pierre-Marc Tousignant qui a participé à la préparation et à l’identification des photos et à Madame Pauline Brassard qui devait fournir  les renseignements corporatifs et qui avec les autres administrateurs ont participé à l’élaboration du questionnaire du sondage.

En plus du sondage, nous avons publié cette année  2 numéros de notre bulletin pour les membres. Ces bulletins, l’Écho de notre histoire,  ont été réalisés sous la direction de Guy Laberge en ce qui concerne le contenu, assisté de Pierre-Marc Tousignant pour la mise en page et enfin avec la participation Pauline Brassard assisté de bénévoles dont Lucien Frenette pour la préparation pour l’envoi postal.

Nous avons des réunions régulières du conseil d’administration. Madame Hélène Savard fait un travail fantastique, à titre de secrétaire du CA et s’assure de la bonne tenue de notre livre des minutes.

Étant donné que je ne reprendrai pas le micro à la fin de la soirée je tiens à souligner le travail remarquable une fois de plus d’André Gauthier et de tous les autres administrateurs pour la vente des billets ainsi qu’aux membres qui recrutent des amis pour compléter leur table. À cause d’obligations personnelles ou professionnelles plusieurs personnes qui ont acheté des billets ne peuvent être présentes. Nous tenons tout de même à les saluer. Un gros merci à nos valeureux bénévoles que vous reconnaissez sans doute et qui vous reçoivent depuis plusieurs années : Mesdames Henriette Fortin et Ghislaine Bissonnette et Monsieur Jacques Boudreault.  Merci à Jean-Eudes Simard et aux Chevaliers de Colomb de nous accueillir en leur mur et de mettre cette salle à notre disposition.

Merci de votre attention

Je redonne le micro à André pour le déroulement du souper.

Jacques Pelletier

©2108 – TOUS DROITS RÉSERVÉS – MOUVEMENT CHICOUTIMI

Pour plus de photos et pour échanger vos commentaires, consultez notre page :

CRÉDIT PHOTO – GRATIEN TREMBLAY- Tous droits réservés

RÉALISATION – JOSÉE BOUCHARD

©2108 – TOUS DROITS RÉSERVÉS – MOUVEMENT CHICOUTIMI

Pour plus de photos et pour échanger vos commentaires, consultez notre page :

CRÉDIT PHOTO – GRATIEN TREMBLAY - TOUS DROITS RÉSERVÉS

réalisation – Josée bouchard