A propos

Le CA

Le nouveau conseil d’administration élu le 1er février 2017 est constitué des membres suivants:

Jacques Pelletier, président
Pauline Brassard, trésorière
Hélène Savard, secrétaire
Pierre-Marc Tousignant, édition et web
Lucien Frenette, administrateur
Sylvie Dussault, administratrice
André. R. Gauthier, président ex-officio


Pourquoi le Mouvement Chicoutimi milite-t-il pour réhabiliter le nom Chicoutimi?

En 2002, le conseil municipal de la nouvelle ville issue des fusions de sept municipalités (1) du Haut-Saguenay décide de la désigner du nom de Saguenay. Une consultation populaire non exécutoire avait précédé ce choix. Saguenay, ce nom déjà associé à la rivière et à la région vient supplanter le nom de chacune des anciennes municipalités nouvellement fusionnées. Et pourtant, parmi ceux-ci, il en existait un qui faisait, à toutes fins pratiques, l’unanimité auprès des historiens. Ce nom c’est CHICOUTIMI. Ce n’est pas sans raisons que ce nom, Chicoutimi, aurait dû être privilégié. La préhistoire et l’histoire de Chicoutimi sont remplies d’événements pour en souligner son importance(2).

Mais, pourquoi la population et le conseil de ville ont-ils opté pour Saguenay? Pour des raisons uniquement politiques. Depuis les tous débuts de la colonisation, il s’est développé un esprit de compétition très fort, presque malsain. entre les principales villes du Haut-Saguenay. Chicoutimi, ce lieu géologiquement stratégique, a vu son territoire se développer beaucoup plus rapidement que les autres. En moins de 50 ans, on est alors au tout début du 20e siècle, «là où l’eau cesse d’être profonde» a déjà accueilli la majorité des institutions publiques et privées en matière de finances, de justice, de santé, d’éducation et de commerce. Qui plus est, ce site venait tout juste de voir l’implantation d’une première véritable industrie basée sur la technologie, soit la pulpe à papier. Par la suite, la périphérie s’est développées, mais sur des territoires que le gouvernement avait morcelés en cantons, comme c’était la pratique partout au Québec. Les «moulins à papier» se sont multipliés autour de Chicoutimi : Jonquière, Port-Alfred et Kénogami. Peu de temps après, ce fut la création spontanée d’une nouvelle ville de compagnie, Arvida, sise entre Chicoutimi et Kénogami. Ces nouvelles industries ont créé une expansion démographique fulgurante de ces municipalités avoisinantes. Naturellement, Chicoutimi en a profité, toutes les infrastructures commerciales et institutionnelles étant déjà en place. Le constat, en ce début du 21e siècle, auprès de la population des municipalités environnantes : Chicoutimi a tout eu! Naturellement, on oublie qu’elle n’a pas eu, sur son territoire, les industries dont on vient de faire mention.

Donc, en 2002, lorsqu’est venu le moment de choisir le nom de cette nouvelle ville, toute la campagne pour ceux qui favorisaient le nom Saguenay s’est focalisée sur le thème suivant : prenons un nom rassembleur et non diviseur, Chicoutimi étant naturellement celui le plus diviseur de tous. Exit les faits historiques, exit la notoriété mondiale du nom Chicoutimi sur les mappemondes depuis 1679, exit la présence amérindienne continue à Chicoutimi depuis au moins mille ans sinon quatre mille ans.

Des dizaines de milliers de personnes avaient tout de même opté pour le nom Chicoutimi malgré cette désinformation. C’est ainsi qu’en décembre de la même année, un groupe de personnes, considérant que cette décision fut une grave erreur historique, forme un mouvement désigné « Regroupement pour la sauvegarde du nom Chicoutimi» remplacé par la suite par le nom «Mouvement Chicoutimi/Saguenay», (Chicoutimi comme nom de la ville et Saguenay comme nom de la région) et communément désigné Mouvement Chicoutimi.

Après 15 ans, le Mouvement Chicoutimi estime qu’il est temps de passer à l’action et de se prévaloir des dispositions contenues à l’article 1 de la charte de la ville de Saguenay, à savoir que :

«Le ministre des Affaires municipales et de la Métropole (actuel MAMOT) peut, à la demande du conseil de la ville, changer le nom de celle-ci.»

En conséquence, le Mouvement Chicoutimi amorce un programme d’information et d’éducation auprès de la population dans le but de lui faire connaître davantage l’histoire régionale et l’importance du site stratégique et historique qu’est Chicoutimi pour ce coin de pays, en espérant que ceux qui avaient opté pour le nom Saguenay modifient leur perception à l’égard du nom Chicoutimi. Le Mouvement Chicoutimi mettra en relief la valeur toponymique de chacun de ces deux noms, Chicoutimi et Saguenay, et démontrera l’à-propos de leur utilisation pour désigner le nom de cette nouvelle ville.

Nous sommes persuadés que le nom Chicoutimi reprendra ses lettres de noblesse d’ici quelques années, en autant que le Mouvement reçoive l’appui de la population pour convaincre les conseillers municipaux de présenter un projet de loi pour changer le nom de la ville. N’hésitez donc pas à communiquer avec nous. Tout appui, financier ou à titre de bénévole, tout témoignage ou toute déclaration publique qui viendront renforcer la légitimité de notre objectif, seront les bienvenus.

  1. Les sept municipalités sont les suivantes : Chicoutimi, Jonquière, La Baie, Laterrière, Shipshaw, une partie de Canton Tremblay et Lac Kénogami.

  2. La bibliographie est imposante pour qui veut en savoir davantage sur l’histoire de Chicoutimi et des origines de ce nom. La plupart des historiens du Saguenay ont publié à ce sujet. Un essai est paru en juin dernier «Le toponyme Chicoutimi, une histoire inachevée, de ses origines géologiques à 2002». L’auteur en est notre président actuel, Jacques Pelletier. Ce livre est uniquement dédié à démontrer l’importance de ce toponyme patrimonial.


    [contact-form to=’pierremarctousignant@gmail.com’][contact-field label=’Nom’ type=’name’ required=’1’/][contact-field label=’E-mail’ type=’email’ required=’1’/][contact-field label=’Site Web’ type=’url’/][contact-field label=’Commentaire’ type=’textarea’ required=’1’/][/contact-form]